Les perspectives des relations entre l'Algérie et l'UE.

L'ambassadeur d'Algérie aupres du royaume de Belgique M. Belani Amar a accordé recemment un entretien à la revue Afrique Asie. il est proposé ci desous des extraits estimés utiles et pertinents pour édifier les lecteurs de données économiques notamment sur l'état des relations entre l'Algérie et l'UE.

Afrique-Asie : Comment évaluez-vous l’état des relations globales entre l’Algérie et l’UE ?

Amar Bellani : On peut distinguer deux séquences bien distinctes dans les relations entre l’Algérie et l’Union européenne, intercalées entre l’année 2019 qui a drainé de nombreux changements aussi bien en Algérie qu’au sein de l’union européenne et de ses institutions.
Premièrement, il est bon de rappeler que dans le cadre de la Politique européenne de Voisinage (PEV) révisée, adoptée par la Commission européenne en novembre 2015, l’Algérie fut le tout premier pays à conclure le document programmatique portant « Priorités communes du partenariat », en mars 2017. Cet instrument a établi un cadre de coopération renouvelée et renforcée mettant l’accent sur cinq grandes priorités, à savoir le dialogue politique, la gouvernance et les droits fondamentaux ; le développement socioéconomique et le commerce ; l’énergie, l’environnement et le changement climatique ; le dialogue stratégique et sécuritaire ; et enfin la dimension humaine, la migration et la mobilité.
Un rapport sur l’état de sa mise en œuvre, rédigé en mai 2018, faisait ressortir un bilan globalement satisfaisant (intensification du dialogue politique avec de nombreuses visites de haut niveau, approfondissement de la coopération dans les domaines énergétique et sécuritaires, réalisation de progrès tangibles dans certains domaines sectoriels..etc.).
Cette coopération reste cependant bien en deçà des attentes, notamment en termes de diversification économique, de renforcement des capacités de notre pays, d’une plus grande attractivité des investissements réellement productifs en dehors de la sphère de l’énergie et de l’instauration de relations commerciales équilibrées et mutuellement avantageuses qui prennent dument compte la réalité de la situation économique complexe de notre pays, compte tenu des chocs externes brutaux subis depuis 2014 (chute des cours du pétrole, impact de la crise sanitaire etc..)
Deuxièmement, à l’issue de la phase de latence observée au cours de l’année 2019, une phase ambitieuse et prometteuse s’est ouverte depuis l’élection et l’investiture du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, en décembre 2019, dont le programme est focalisé sur l’édification d’une nouvelle République basée sur la bonne gouvernance et la démocratie. Cette nouvelle ère en Algérie coïncide avec l’entrée en exercice d’une nouvelle équipe dirigeante de l’UE, le 1er décembre 2019. La nouvelle commission européenne qui se proclame « commission géopolitique » aspire à centrer son redéploiement diplomatique prioritaire en direction des pays du voisinage et de l’Afrique. Ceci devrait permettre d’impulser aux relations Algérie – UE une dynamique nouvelle, qualitative et pragmatique pour les situer à la hauteur des attentes mutuelle et des enjeux régionaux et globaux. (...).

Afrique Asie: Qu’en est-il, au juste, de l’état et des perspectives des relations économiques et commerciales ?

Amar Belani : La dernière rencontre de haut niveau entre l’Algérie et l’Union Européenne, a eu lieu à l’occasion de la tenue de la 7eme Session du Comité d’association le 19 mars 2019 à Alger, pour l’évaluation conjointe de l’Accord d’association et des Priorités communes de partenariat (PcP).

Les deux parties avaient noté avec satisfaction, l’élargissement de la coopération sectorielle et thématique et la dynamique qui caractérise leur partenariat, comme elles ont réaffirmé leur volonté commune d’œuvrer à l’utilisation optimale de l’Accord d’association, en mettant en œuvre les mesures nécessaires pour l’amélioration de la gouvernance économique et l’encouragement de l’initiative privée ainsi que la relance de l’investissement et la modernisation et la rationalisation de la gestion des finances publiques. L’Algérie insiste tout particulièrement sur la nécessité d’accorder la priorité à des programmes à caractère horizontal (intersectoriels) avec l’option d’un appui budgétaire, à travers une contribution européenne de qualité et substantielle, de nature à renforcer les capacités nationales institutionnelles et humaines et l’appui à la diversification de l’économie nationale.

La partie européenne, qui avait exprimé toute sa disponibilité à accompagner notre pays dans ses reformes de modernisation des institutions, l’approfondissement de la diversification économique, notamment à travers l’amélioration du climat des affaires et l’élargissement des contributions financières à l’allocation de crédits concessionnels pour les infrastructures et les PME/PMI.

Le montant des différents programmes de mise en œuvre de l’Accord d’association a atteint plus de 655 millions € entre 2007 et 2020, dont le plan triennal 2018-2020 d’une enveloppe de 125 millions euros (40 millions d’euros pour l’année 2020) ; Les différents programmes portent, entre autres, sur l’économie bleue, l’économie verte et circulaire, la diversification de l’économie, le tourisme, l’employabilité des jeunes, la décentralisation ainsi que le Programme pour la facilité d’appui aux priorités de partenariat (FAPP)

Pour la programmation 2021-2027, les projets sont en cours d’identification dans les mêmes domaines de coopération, mais orientés principalement vers les priorités des deux parties, à savoir l’amélioration du climat des affaires et la diversification de l’économie, pour l’Algérie et l’économie verte (Green deal) et l’économie digitale, pour l’UE.

Afique Asie: Des sources européennes évoquent fréquemment des divergences avec l’Algérie en ce qui concerne les relations commerciales bilatérales ?

Amar Belani : Cette question, trouve son origine dans la mise en place par l’Algérie, de mesures d’encadrement et d’assainissement de son commerce extérieur, pour faire face aux retombées générées par la chute drastique des cours mondiaux de pétrole à partir de 2014 et au fléau de la surfacturation et autres pratiques illicites qui ont saigné l’économie nationale. Aussi et dans le but de protéger son économie, l’Algérie a instauré des mesures tarifaires et non tarifaires, mais accompagnées de toute la souplesse requise pour sauvegarder les intérêts de ses partenaires commerciaux les plus importants, dont l’Union européenne.

Cet ajustement impératif de la structure des importations s’est traduit par la mise en place successive de plusieurs dispositifs qui ont été remplacés par l’instauration de droits additionnels provisoires (DAPS) compris entre 30% et 200%, par la loi de finances de 2018. Malgré le contexte spécial dans lequel était décidé l’ajustement transitoire et non discriminatoire de la structure des importations celui-ci n’a concerné qu’une infime partie des importations en provenance de l’UE à hauteur d’un milliard d’euros sur plus de 20 milliards d’euros.

L’Algérie a constamment réaffirmé sa disponibilité de poursuivre les discussions et de travailler de manière conjointe avec les institutions européennes en vue de trouver un arrangement mutuellement acceptable. Elle estime néanmoins, que la coopération bilatérale ne peut être réduite aux seuls échanges commerciaux et devrait être étendue aux investissements et au transfert de technologie pour le développement des capacités nationales de production et atténuer quelque peu l’asymétrie insoutenable qui caractérise les échanges entre les deux parties.

Cette volonté s’est manifestée par des actions concrètes visant à protéger, à la fois, l’économie nationale et rassurer les opérateurs européens, en accordant d’importantes facilités aux investisseurs étrangers, dont des avantages fiscaux et le transfert de leurs bénéfices. Plus encore, la loi de finance 2020 a instauré de nouvelles mesures incitatives en matière d’investissement et de commerce, dont la plus importante concerne la révision de la règle 51/49.

Il convient par ailleurs de souligner que ces mécanismes de sauvegarde de l’économie nationale, ne sont pas spécifiques à l’Algérie. En effet, au plan commercial, l’UE connait des différends de toute sorte avec de nombreux partenaires, notamment les plus importants comme les États-Unis et la Chine. Ces puissances commerciales s’accusent mutuellement de protectionnisme et recourent très souvent à des contremesures.(...)

Sources: Arique - Asie.