Vers la modernisation de la chaîne logistique du commerce extérieur

Les opérateurs de la chaine logistique du commerce exterieur se sont concertés à travers le forum sur le transport maritime tenu à l’initiative du ministère des Transports.Cette rencontre se  propose de reunir les opérateurs de tous les secteurs concernés, afin de débattre sur la problématique du transport maritime dans le but d’alléger la facture en devises. Tenue sous l'égide du ministre des transports qui affirmera à l’ouverture de la rencontre, tenue hier lundi à Alger, que le phénomène des dépenses engendré par le transport maritime de marchandises a fini par provoquer une véritable «saignée» dans les caisses de l’État.En ce sens, il révélera que, durant l’année 2019, le coût des frais supplémentaires dus aux surestaries représente près de 9,7 milliards de dinars, alors que les importations étaient faibles. Il est vrai que ces pratiques sont essentiellement dues au retard de modernisation de notre infrastructure portuaire existante, auquel s’ajoute des équipements d’exploitation inadaptés expliquant la faiblesse des rendements et les longs séjours des navires à quai», déplore le ministre, révélant, par ailleurs que les faiblesses dans la chaine logistique font du transport de marchandises vers l’Algérie le plus coûteux du bassin méditerranéen.
Cette rencontre a regroupé  les représentants des structures portuaires, de l’administration douanière, du ministère du Commerce, l’ANEXAL et de l'UNTCA,, celle-ci fut représentée par son président M Aouidette Djelloul. Les représentants ont tour à tour déploré les retards enregistrés au niveau des infrastructures portuaires, ainsi que les équipements inadaptés qui sont les causes essentielles du phénomène de l’immobilisme des conteneurs dans les enceintes portuaires.

Il sera soumis au gouvernement l'approbation de la mesure de réduction  à 30 jours la durée de l’immobilisation des conteneurs, comme première mesure à préconiser. Le président de l'UNTCA a saisi l'opportunité pour appeler à la modernisation des activités de controle. et surtout leur coordination.il précisera à cet effet la chaîne logistique du commerce extérieur, doit etre repensée en profondeur compte tenu des lenteurs constatées dans les opérations d’importation et leur impact sur les surcouts logistiques.