Zoom sur la FIATA: Une organisation représentative.

Fiata

La FIATA, "Fédération Internationale des Associations de Transitaires et Assimilés",  a été fondée à Vienne / Autriche le 31 mai 1926. La FIATA, une organisation non gouvernementale, représente aujourd'hui une industrie couvrant environ 40 000 entreprises de transport et de logistique, également appelées "Architectes du transport", employant environ 8 à 10 millions de personnes dans 150 pays. La FIATA a un statut consultatif auprès du Conseil économique et social (ECOSOC) des Nations Unies (notamment ECE, CESAP, CESAO), de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) et de la Commission des Nations Unies pour le droit commercial international (CNUDCI). .

Elle  est reconnue comme représentant l'industrie du transport de marchandises par de nombreuses autres organisations gouvernementales, autorités gouvernementales, organisations internationales privées dans le domaine des transports telles que la Chambre de commerce internationale (CCI), l'Association du transport aérien international (IATA), l'Union internationale des transports. Chemins de fer (UIC), Union internationale des transports routiers (IRU), Organisation mondiale des douanes (OMD), Organisation mondiale du commerce (OMC), etc.

Les principaux objectifs de la  FIATA sont :

  • Fédérer les acteurs de  l'industrie mondiale du transit

  • représenter, promouvoir et protéger les intérêts de l'industrie en participant en tant que conseillers ou experts à des réunions d'organismes internationaux en charge du transport.

  • Familiariser le commerce et l'industrie et le grand public avec les services rendus par les transitaires par la diffusion d'informations, la distribution de publications, etc.

  • Améliorer la qualité des services rendus par les transitaires en développant et en promouvant des documents d'expédition uniformes, des conditions commerciales standard, etc.

  • Aider à la formation professionnelle des transitaires, aux problèmes d'assurance de responsabilité, aux outils de commerce électronique, y compris l'échange de données informatisé (EDI) et les codes à barres.